Lanmeur, l’intégrale 3


L’ultime volume du cycle ne détonne pas des précédents. Les thèmes restent identiques, dont le principal qui traite des travers de l’homme et de la colonisation.

Le style perd un rien en poésie, mais qu’à cela ne tienne : «Les rêveurs de l’Irgendwo» procure malgré tout le plaisir des grands crus.


D’autant plus que l’auteur boucle son histoire avec une virtuosité amplement à la hauteur du défi pressenti à la lecture des premiers tomes.

Une réflexion ambitieuse, une fin qui tient ses promesses…


Nous devons une fière chandelle à l’éditeur, Ad Astra, d’avoir pris le temps, et surtout le risque, de rééditer Lanmeur.

Un joyau incontestable de la SF française.


Qui peut lire Lanmeur ?


Je déconseille aux lecteurs d’aborder la SF par ce genre de roman. Forgez votre esprit SF ailleurs, le temps d’un ou deux romans au moins, avant d’entamer le cycle de Lanmeur. Sans quoi vous risqueriez de gâcher votre plaisir.


À l'affiche
Posts récents